Une charrue placée devant les bœufs

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Dimanche, 07 Août 2016 17:51

Sans requérir l’aval de la Cour constitutionnelle,

la CENI étale la révision du fichier électoral au-delà du délai prévu pour l’élection présidentielle

Le dimanche 31 juillet 2016, la Commission Eléctorale Nationale Indépendante (CENI) de la République Démocratique du Congo (RD Congo) a débuté l’opération d’enrôlement des électeurs en vue des élections prochaines. Cette opération a été lancée par le Président de la centrale électorale, monsieur Corneille Naanga, dans la ville de Gbadolite, chef-lieu de la province du Nord-Ubangui, une des quatre provinces issues du dernier démembrement de l’ancienne province de l’Equateur située dans le Nord-Ouest du pays. Selon la CENI, ce lancement est à titre expérimental. Cette révision sera étendue à d’autres provinces du pays et elle durera seize mois.

 

Les alinéas 2 et 3 de l’article 211 de la Constitution de la RD Congo disposent que : « La Commission électorale nationale indépendante est chargée de l’organisation du processus électoral, notamment de l’enrôlement des électeurs, de la tenue du fichier électoral, des opérations de vote, de dépouillement et de tout référendum. Elle assure la régularité du processus électoral et référendaire». Cette opération qui, d’après la CENI, vise à fiabiliser le fichier électoral de 2011 actualisé en 2014 sera une refonte de fond en comble dudit fichier car, non seulement elle permettra d’enrôler les nouveaux majeurs d’après 2011, mais aussi elle vise à en extirper les personnes décédées, les doublons et à renouveler les cartes détenues par d’autres électeurs déjà régulièrement inscrits. En plus, la CENI prévoit d’enrôler en même temps et de manière préventive les enfants âgés de 16 à 17 ans, c’est-à-dire ceux nés en 1999 et 2000, pour leur permettre de participer aux scrutins qui auront lieu en 2017 et 2018, années de leur majorité.

 

Lire la suite...

 

Règlements des comptes entre différentes factions maï-maï

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Mercredi, 27 Juillet 2016 12:15

Le seigneur de guerre Simuzizi Musalizi tué le 25/07/2016 à Luberizi dans la Plaine de la Ruzizi

 

Monsieur Simuzizi Musalizi, la trentaine révolue, commandant de la milice Maï-Maï connue sous le nom de Groupe Simuzizi actif dans la Plaine de la Ruzizi, a été tué dans la nuit du lundi 25 juillet 2016, aux environs de 20 heures, à Luberizi, Collectivité-chefferie Plaine de la Ruzizi dans le territoire d’Uvira par des éléments Mai-mai dirigés par monsieur Mwenyemali. Les deux seigneurs de guerre Simuzizi et Mwenyemali sont natifs de Luberizi mais étaient en lutte pour le leadership depuis plusieurs mois.

 

Des informations en notre possession révèlent que monsieur Simuzizi rentrait chez lui et s’en approchait déjà lorsqu’il a été intercepté par les éléments précités. Ces derniers ont alors tiré à bout portant sur lui et il est tombé raide mort. Comme les crépitements des balles étaient abondants, une balle a touché une fillette qui était dans une douche aux alentours. Il s’agit de mademoiselle Maria Amunazo, âgée de 11 ans et fille de monsieur Mushombe. La balle l’a atteinte dans le dos. Comme le malheur ne vient jamais seul, en retombant par terre, cette victime a été blessée à la jambe. Elle a aussitôt été acheminée à l’hôpital Général de Référence de Sange situé dans la cité de Sange, territoire d’Uvira pour des soins urgents. Mais son état nécessite une prise en charge par une structure de santé plus spécialisée, notamment l’unité du Comité International de la Croix Rouge (CICR) basée à l’Hôpital Général provincial de Référence de Bukavu.

 

Lire la suite...

   

Page 1 sur 8

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24

In memoriam / Pascal KABUNGULU

Nouvelles

Une charrue placée devant les bœufs 30.11.99 - Sans requérir l’aval de la Cour constitutionnelle, la CENI étale la révision du fichier é...
Règlements des comptes entre différentes factions maï-maï 30.11.99 - Le seigneur de guerre Simuzizi Musalizi tué le 25/07/2016 à Luberizi dans la Plaine de la Ruziz...
Des acolytes de feu Obedi Rusagara toujours actifs à Sange 30.11.99 - 2 morts, plus de 8 blessés et beaucoup de biens emportés par les assaillants   Le lundi 1...
Arrestation du député provincial Frédéric Batumike Rugimbanyi à Bukavu 30.11.99 - Est-ce le début de la fin de l’impunité dont jouissent les grandes personnalités   L’Ho...
Commémoration chaque année des massacres au Sud-Kivu 30.11.99 - L’appel répété à la justice lancé par les rescapés fait le moindre des soucis des pouvoir...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.
Nous avons 12 invités en ligne