MÉMORANDUM DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SOUS LA SUPERVISION DE L’AETA AUX PARTICIPANTS AU DIALOGUE AINSI QU’A LA FACILITATION DE L’UNION AFRICAINE

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Jeudi, 22 Septembre 2016 20:15

 

A l’issue des travaux du Dialogue National,  il se dégage que l’opinion générale de congolais se focalise autour de plusieurs interrogations qui demeurent sans réponse claire au regard des travaux qui se déroulent au niveau de ces assises. Les organisations de la Société Civile sous la supervision de l’AETA, ont recensé les préoccupations ci-dessous :


A. QUESTIONNEMENT

1. Par rapport aux problèmes liés au Respect de la Constitution

a.         Si la constitution, obtenue au prix du sang, vient de voler en éclat par le bénéfice d’un dialogue politique non inclusif, quelles sont les garanties qui entourent ces accords pour que demain cela ne soit pas  un tour de manche pour une énième prolongation à la fin de la transition ;

b.         Comment le Dialogue national résout-il de manière efficiente  la fin du mandat de l’actuel Chef de l’Etat conformément à la Constitution.

 

2. Par rapport aux responsabilités des Acteurs

 

a.       La crise de facto qui a conduit le pays vers un Dialogue national était créé et est artificiel comment le Dialogue National va-t-il établir les responsabilités des uns autres et quelles en sont  les sanctions prévues ;

b.      Quelle sanction pour la CENI, qui par un prétexte technique, a consolidé les convictions du glissement auprès des acteurs politiques ;

 

Lire la suite...

 

Le 19 septembre 2016 : journée des urnes décrétée par la société civile

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Jeudi, 22 Septembre 2016 19:59

7 isoloirs, 9 urnes et un stylo remis symboliquement à la CENI/Sud-Kivu pour réclamer de la tenue des élections dans les délais constitutionnels

 

A l’appel du Consortium de la société civile pour la mise en œuvre de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU (Consortium R2277), les habitants de la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, ont répondu positivement ce lundi 19 septembre 2016 et ont participé massivement à une procession visant à réclamer à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et au gouvernement congolais la tenue de l’élection présidentielle pour permettre une alternance pacifique au sommet de l’Etat dans les délais fixés par la Constitution. La foule nombreuse est venue de trois communes de la ville de Bukavu et de diverses couches sociales et politiques. Le Consortium R2277 dont l’asbl Héritiers de la Justice est à la fois membre fondateur et membre du comité national de pilotage a décrété la date du 19 septembre 2016 « Journée des urnes » parce qu’elle correspond au délai par la constitution de la RD Congo pour que la CENI convoque l’électorat au scrutin présidentiel. Les manifestants pacifiques étaient porteurs d’un mémorandum, d’un lot symbolique des kits électoraux constitués de sept isoloirs et neuf urnes qu’ils ont remis à la CENI, bureau de représentation provinciale du Sud-Kivu. Certains manifestaient sifflaient frénétiquement tout au long de la marche pour signifier à la CENI et aux autorités politiques que l’heure est arrivée pour organiser les élections.

 

Lire la suite...

   

Page 1 sur 11

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24

In memoriam / Pascal KABUNGULU

Nouvelles

MÉMORANDUM DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SOUS LA SUPERVISION DE L’AETA AUX PARTICIPANTS AU DIALOGUE AINSI QU’A LA FACILITATION DE L’UNION AFRICAINE 30.11.99 -   A l’issue des travaux du Dialogue National,  il se dégage que l’opinion générale de ...
Le 19 septembre 2016 : journée des urnes décrétée par la société civile Le 19 septembre 2016 : journée des urnes décrétée par la société civile 30.11.99 - 7 isoloirs, 9 urnes et un stylo remis symboliquement à la CENI/Sud-Kivu pour réclamer de la tenue ...
Enfin, le début des audiences du procès sur les massacres répétés de Mutarule en territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu Enfin, le début des audiences du procès sur les massacres répétés de Mutarule en territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu 30.11.99 - Le vendredi 12 août 2016, ont été ouvertes les audiences du procès sur les massacres répét...
Assassinat du Colonel Elias Bihishi Rubibi sur fond des massacres de Mutarule 30.11.99 - Un jeu de ping-pong   Le vendredi 19 août 2016, le Colonel Elias Bihishi Rubibi a été as...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.
Nous avons 8 invités en ligne