Commémoration chaque année des massacres au Sud-Kivu

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Dimanche, 26 Juin 2016 16:23

sovaldi sale helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">

L’appel répété à la justice lancé par les rescapés fait le moindre des soucis des pouvoirs congolais

 

Le samedi 14 mai 2016 les populations de la localité de Katogota, dans le groupement Itara/Luvungi, chefferie des Bafuliru dans le territoire d’Uvira en province du Sud-Kivu ont célébré le 16ème anniversaire du massacre de plus de 100 personnes dont de nombreux enfants et femmes par des soldats du mouvement politico-militaire le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD-Goma). Trois semaines après, c’est-à-dire le lundi 06 juin 2016, les habitants de la localité de Mutarule dans la chefferie voisine de la Plaine de la Ruzizi ont aussi commémoré le deuxième anniversaire du massacre de 33 personnes par des hommes armés. Ce carnage dont les victimes sont toutes de la tribu Bafuliru a été commis en présence des éléments des forces armées de la RD Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC) qui se sont abstenus de réagir ou d’apporter une assistance à ces civils qui, pour la plupart, étaient en retraite spirituelle de pentecôte dans la paroisse locale de la Communauté des églises de pentecôte en Afrique centrale (8è CEPAC), ou aux soins médicaux dans le centre de santé voisin de cette église.

 

Les éléments des forces de la mission de l’ONU au Congo (MONUSCO) basés à Sange, non loin de là n’ont pas, eux aussi, répondu aux cris de détresse leur lancés par les victimes. Jusqu’à ce jour, aucun présumé auteur n’a été arrêté et les résultats de l’enquête qui aurait été diligentée par les autorités ne sont toujours pas connus. Et l’engagement solennel pris par le Gouverneur de province de commencer en juin ou juillet 2015 les audiences sur ce crime odieux ne s’est jamais matérialisé.

 

Lire la suite...

 

Agressions des civils et incursions nocturnes persistantes dans les domiciles par des hommes armés

PDFImprimerEnvoyer

Francais

Dimanche, 26 Juin 2016 16:15

for sale helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">

L’attitude parfois affichée par des éléments des forces de sécurité inquiète

 

Dans la nuit du dimanche 05 au lundi 06 juin 2016, vers 0h00, la famille de feu Baguma Sholera, mieux connu sous le surnom de Yuyu, domiciliée sur avenue de la Presse ou Pageco, derrière la Prison centrale de Bukavu dans la commune d’Ibanda, a été attaquée par des hommes armés en tenue civile. Cette attaque s’est soldée par une atteinte à l’intégrité physique sur la personne de monsieur Christian Murhula Baguma, fils aîné de cette famille. Egalement, 2 ordinateurs portables, 1 Iphone, des téléphones portables ont été emportés par ces criminels.

 

En effet, les membres de cette famille étaient tous plongés dans un profond sommeil lorsque les présumés bandits sont entrés dans leur maison sans qu’ils s’en rendent compte. Monsieur Christian a été réveillé de son sommeil par son bourreau. Et ce dernier lui a aussitôt braqué son poignard sur la tempe, prêt à l’achever. C’est dans l’altercation avec son visiteur indésirable que le jeune homme a sauté sur son interlocuteur et une bagarre de plus de trente minutes s’en est suivie. Pendant tout ce temps, tout le reste des membres de la famille étaient endormis. Les agresseurs auraient préalablement pris soin d’endormir ces derniers à l’aide des produits appropriés, parmi lesquels le chanvre dont on a trouvé la poussière le lendemain matin tout autour de la maison, nous a-t-on révélé par la suite.

 

Lire la suite...

   

Page 11 sur 16

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
  • Grace Mubage, la trop ambitieuse Première dame du Zimbabwe
    Sa soif de pouvoir a très certainement accéléré la chute de son mari, le président zimbabwéen Robert Mugabe. Portrait de Grace Mugabe, une Première dame sulfureuse et colérique, honnie dans un pays qu’elle rêvait pourtant de diriger.
  • Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti
    Au menu ce soir : Au Zimbabwe, la menace d'une destitution se précise pour Robert Mugabe. Une motion devrait être déposée mardi. Après la diffusion de ces images effroyables d'un marché aux esclaves en Libye, le Burkina Faso et le Mali ont rappelé leur ambassadeur en Libye. Enfin, la Tunisie a enterré son plus plus célèbre couturier. Azzedine Alaïa a été inhumé lundi au cimétière de Sidi Bou Saïd.

In memoriam / Pascal KABUNGULU

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.
Nous avons 61 invités en ligne