La famille Kajigi encore dans le collimateur la police après la marche de l’opposition du 12.09.2015

PDFImprimerEnvoyer

try helvetica, order sans-serif; font-size: 12pt; color: #993300;">Enlèvement de Asifiwe Kajigi par les forces de l’ordre

ailment helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">

Dans la nuit du 12.09.2015 vers 04.00 du matin, des hommes armés et vêtus en tenue policière ont fait éruption dans la famille Kajigi et amène avec un jeune garçon à savoir Laurent Asifiwe Kajigi (23 ans). Jusqu’à présent on ignore l’endroit de son arrestation. Héritiers de la justice craint pour sa vie et demande aux autorités de faire lumière dans cette affaire. En l’absence de leur maman, Mme Anna Mapendo Namwira en visite en Norvège. D’autres membres de la famille à savoir Julio Kajigi, Benjamin et Bertin Kajigi ayant été témoins de cet enlèvement vivent dans la peur absolue en dehors de leur maison de famille.

 

Des sources dignes de foi indiquent que ces genres d’enlèvement ferait partie de la campagne d’intimidation du pouvoir contre les opposants ayant organisé la marche du 12.09.2015 contre la modification de la loi électorale et tout dialogue y afférant, qui selon ces opposants, visait à maintenir le président Joseph Kabila au pouvoir après 2016. Mr Asifiwe Kajigi est un simple citoyen, et nos sources renseignent qu’il serait victime de son appartenance familiale avec Monsieur Betu Kajigi, ancien activiste des droits de l’homme et aujourd’hui membre influent de parti de l’opposition au sein de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Mr. Vital Kamerhe.

 

Cet enlèvement a ressuscité un traumatisme que la famille Kajigi et Namwira ont connu en octobre 2014 après enlèvement et assistanat brutal de leur fille Ange Namwira âgée de 17 ans et dont jusque là aucune personne n’a été jugée pour ce meurtre. La famille Kajigi a peur que le même sort ne soit à son fils.

 

Aux vues d’une vague d’enlèvements couplés d’assassinat qui sévit depuis octobre 2014 dans la province du Sud Kivu en général et la ville de Bukavu en particulier, la famille Kajigi entre autres vit dans une psychose générale, ne sachant pas qui est la prochaine cible. Rappelons que le mercredi, 05/11/2014, le corps sans vie couvert d’herbes de Mr. Mahangaiko Lwikeca, âgé de 34 ans et originaire de Mboko en territoire de Fizi, fils de Mr. Lwikeca et de Mme Batuba’e, tous domiciliés à Fizi, a été retrouvé dans des toilettes en construction appartenant  à la veuve Zabibu Bisewa M’Sepa  âgée de plus de 75 ans se trouvant à une vingtaine de mètres de la Route Nationale (RN5) et à plus ou moins 300 mètres de l’habitation de Mr. Nachimu Lwecha, son oncle maternel chez qui le défunt vivait,  non loin du pont Luvimvi dans la localité de Kaboya en groupement  Kamanyola, chefferie de Ngweshe en territoire de Walungu.

 

L’organisation rappelle aux autorités compétentes que la sécurité de la population et leurs biens est à priori leur obligation à laquelle elles ne peuvent se dérober. Héritiers de la Justice (HJ) exige également des enquêtes afin d’identifier ces malfrats responsables de ces actes odieux et de les traduire en justice car ces faits constituent des atteintes au droit à la liberté librément garantie par la Constitution de la RD Congo que d’autres textes juridiques internationaux ratifiés par la RD Congo.

 

L’Association pense que cette pratique doit être découragée par les autorités ayant la sécurité des personnes et leurs biens dans leurs attributions dans la mesure où ils constituent un défi pour elles.  Elle demande à ces différentes autorités de se servir des éléments soulevés dans la présente livraison afin de mettre la main sur les malfaiteurs présumés et les déferrer devant les instances compétentes et de tout faire pour prévenir des cas ultérieurs.

 

L’asbl Héritiers de la Justice demande aux Députés provinciaux d’user de leurs prérogatives constitutionnelles, légales et règlementaires pour interpeller notamment le Ministre provincial de l’Intérieur et sécurité ainsi que celui de la Justice et droits humains sur la persistance et la recrudescence de l’insécurité presque partout en province et sur les failles du plan de sécurité provincial en cours.

 

 

Bukavu, le 14/09/2015

 

Héritiers de la Justice

Me Frank Riziki Baguma

Chargé de protection

Tel :00243 997 770 122

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.