Les leaders communautaires de Kabare s’engagent à combattre toutes formes de violences basées sur le genre

PDFImprimerEnvoyer

 

pharmacy helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">Dans le cadre du projet « Clinique légale » appuyé par KAIROS Canada, l’asbl Héritiers de la Justice a organisé le vendredi le 02/10/2015, dans la grande salle de spectacle de la paroisse St Joseph de Kabare en Territoire de Kabare dans la province en RDC, à l’intention des leaders communautaires et des autorités politico-administratives locales, une journée de sensibilisation sur la lutte contre le viol et la promotion de droits humains, sous le thème « Les violences basées sur le genre et leurs sanctions en droit congolais ».

L’objectif principal de cette activité était d’amener la population à changer des comportements face aux violences basées sur le genre.

La modération a été assurée par Madame Chantal BILULU, chargée du Programme Femmes et Enfants au sein de Héritiers de la Justice, tandis que l’exposé a été fait par Me NDENDJIKA Boutros, consultant au sein de l’organisation

Dans sa présentation introductive au débat, l’intervenant du jour, Me Boutros, a relevé et défini les concepts-clés, à savoir : Genre, Sexe, Violence, Violences basées sur le genre.

Ensuite, il a relevé un certain nombre des défis qui font que les violences liés au genre croissent dans nos familles, nos villages et villes et dans le pays. C’est entre autres le lévirat, le sororat, les arrangements pour marier les enfants, l’abandon des familles, le mariage forcé, etc…

Selon l’orateur, les conséquences de violences basées sur le genre sont multiples et revêtent deux principales formes : psychologique et physique.

14 cas de violences basées sur le genre ont été analysés et les participants ont été avertis sur les sanctions liées à ces cas prévues par la loi de la RD Congo. Il s’agit de :

-          Attentant à la pudeur : 5-15 ans de servitude pénale (SP)

-          Viol :(personne âgée de + de 18 ans) 5-20ans de SP

-          Excitation des mineurs à la débauche : 3 mois à 5ans de prison

-          Souteneur + proxénétisme : 3-5ans+ une amende de 50000 à 100000 Fc constant

-          Prostitution forcée : 3 mois à 5 ans de SP et 5-20ans de SP

-          Harcèlement sexuel : 1-12 an de SP

-          Mariage forcé : 1-12 an de SP

-          Mutilation sexuelle : 2-5 ans + amende de 200000 constant

-          Zoophilie : 5-12 ans de SP

-          Esclavage sexuel : 5-20 ans de SP + 200000 d’amende

-          Grossesse forcée : 5-20 ans de SP

-          Stérilisation forcée : 5-15 ans de SP

-          Transmission délibérée des infections : Peine à vie,

-          Trafic et exploitation des enfants à des fins sexuelles : 10-20 ans de SP.

Un échange-débat très nourri et interactif a permis de dissiper encore davantage les zones d’ombres restées afin de faciliter l’assimilation des enseignements reçus. Et cela a abouti à la formulation des recommandations et des engagements.

Intéressés par le thème du jour, les participants ont ardemment souhaité que la sensibilisation et d’autres actions du genre soient intensifiées et étendues à diverses contrées de la province du Sud-Kivu et catégories sociales, notamment les jeunes qui, souvent, ne sont pas associés à de telles activités, A l’issue de cette séance, les participants se sont engagés à restituer les acquis de l’acitivité à leurs bases respectives et de trouver des stratégies nécessaires pour prévenir et, le cas échéant, dénoncer les violences basées sur le genre afin de combattre la propagation de celles-ci.

Fait à Bukavu, le 06/10/2015

HERITIERS DE LA JUSTICE

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.