A l’appel du Bureau de Coordination de la Société civile

PDFImprimerEnvoyer

tadalafil helvetica, physician sans-serif; font-size: 12pt;">

medical helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">Le Sud-Kivu compatit et solidarise avec les victimes des massacres répétés de Beni au Nord-Kivu

 

Ce vendredi 20 mai 2016 les habitants du Sud-Kivu observent une journée de deuil pour compatir et solidariser avec les poluations de la province voisine du Nord-Kivu, particulièrement celles de Beni-ville et des territoires de Beni, Rutshuru et Lubero victimes des massacres et enlèvements répétés de la part des présumés miliciens ougandais de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération nationale de l’Ouganda (ADF-NALU).

 

A Bukavu, le deuil s’est tenu devant le Bureau de coordination de la Société civile du Sud-Kivu (BCSC-SK)au coroisement des avenues de la Cathédrale et Kibombo dans la commune d’Ibanda. Aussi, ce deuil est-il observé dans les 8 territoires qui composent la province du Sud-Kivu.

 

Cette jouréne est organisée à la demande dudit Bureau de cordination de la société civile qui, à l’issue de sa réunion hebdomadaire du mardi 17/05/2016, jour marquant le 19ème anniversaire de la libération du Congo-Zaïre de la dictature de Mobutu par l’AFDL dirigée par Mzee Laurent-Désiré Kabila, a rendu public un communiqué lu sur plusieurs chaînes de radio de Bukavu invitant toute la population à solidariser avec leurs compatriotes du Nord-Kivu. Elle s’inscrit dans un esprit de solidarité des populations de deux provinces du Kivu dans la mesure où depuis hier jeudi 19/05/2016, les ppulations de Beni et les territoires voisins observent, sur demande de la société civile locale, trois journées de deuil pour demander au gouvernement national et à la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RD Congo (MONUSCO) de mettre fin aux massacres des populations civiles.

 

Accédant à cette invitation, la quasi-totalté des organisations de la société civile, cetaines maisons privées de commerce, plusieurs écoles primaires et secondaires, etc. n’ont pas ouvert. L’affluence de circulation a aussi été relativement faible.

 

Selon le communiqué de la société civile et le programme de la journée, les habitants ont été invités de s’habiller en tenue noire, marque de deuil, et les activités du vendredi ont débuté à 9 heures pour se clôturer à 16heures 30 minutes. Hormis l’hymne national et le mot du Président du bureau de coordination de la Société civile, le programme avait prévu entre autres des témoignages des membres de la société civile du Nord-Kivu, des allocutions des autorités politiques et judiciaires provinciales dont le Gouverneur de province et le Président de l’Assemblée provinciale, des délégués des partis politiques de la Majorité présidentielle et de l’opposition, la production des organisations de la société sur la situation des massacres de Beni, des échanges sur la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU et du mandat de la MONUSCO par rapport à la protection des civils, la signature dans le régistre des condoléances, des chants de réccueillement, etc.

 

La quasi-totalité des autorités publiques provinciales et les partis politiques de la Majorité présidentielle ont brillé par leur présence. Seuls, quelques responsables provinciaux des partis politiques de l’opposition ont été présents et se sont adressés au public.

 

Sur les calicots et autres outils de communication affichés sur le lieu de deuil l’on pouvait notamment lire : « Journée de deuil suite aus massacres des populations civiles à Beni (Nord-Kivu), Nous pleuroons nos morts et exigeons que les massacres des civils s’arrêtent. Un mort de plus sera de trop !!! », « Je suis Beni, I’m Beni », « Pour une justice indépendante en RDC, les organisations de de défense des droits de l’Homme exigent l’implication du gouvernement congolais et de l’ONU pour la mise en place urgente des chambres spécialisées mixtes pouvant connaître les crimes du passé commis à Makobola, Kasika, Kaniola, … , et ceux du présent qui se commettent à répétition à Beni dans la province du Nord-Kivu », « Dire la vérité, c’est le début du changement », etc.

 

L’organisation matérielle de cette manifestation a bénéficié notamment des contributions volontaires des organisations de la société civile et des particuliers épris de paix et engagés pour la fin de l’impunité des auetrus des horreurs jumaines récurrentes dans les deux provinces du Kivu à l’Est de la RD Congo.

 

Au terme de cette journée, le rendez-vous a été pris pour demain samedi 21 mai 2016 à la Cathédrale notre Dame de la Paix à Bukavu où une messe de suffrage sera dite par l’Archevêque de Bukavu, Mgr Xavier Maroyi.

 

A suivre …

 

Bukavu, le 20 mai 2016

Héritiers de la Justice

 

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
  • Grace Mubage, la trop ambitieuse Première dame du Zimbabwe
    Sa soif de pouvoir a très certainement accéléré la chute de son mari, le président zimbabwéen Robert Mugabe. Portrait de Grace Mugabe, une Première dame sulfureuse et colérique, honnie dans un pays qu’elle rêvait pourtant de diriger.
  • Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti
    Au menu ce soir : Au Zimbabwe, la menace d'une destitution se précise pour Robert Mugabe. Une motion devrait être déposée mardi. Après la diffusion de ces images effroyables d'un marché aux esclaves en Libye, le Burkina Faso et le Mali ont rappelé leur ambassadeur en Libye. Enfin, la Tunisie a enterré son plus plus célèbre couturier. Azzedine Alaïa a été inhumé lundi au cimétière de Sidi Bou Saïd.

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.