Eveil au Civisme et à la Paix

PDFImprimerEnvoyer

drugstore helvetica, purchase sans-serif; font-size: 12pt;">Les signataires de l’Accord politique tiendront-ils leurs engagements ?

capsule helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">

A chaque citoyen et citoyenne d’évaluer progressivement

Le Dialogue politique national inclusif convoqué en novembre 2015 par le Président de la République Démocratique du Congo (RDC) s’est tenu du 1er septembre au 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union africaine en commune de Ngaliema dans la ville-province de Kinshasa sous la facilitation de SEM. Edem Kodjo désigné par l’Union Africaine.

A la fin des travaux, les délégués des parties prenantes, à savoir la Majorité présidentielle, une partie de l’opposition politique, une frange de la société civile et des personnalités politiques, ont signé l’ « Accord politique pour l’organisation d’élections apaisées, crédibles et transparentes en République Démocratique du Congo » aux fins de mettre fin à la crise politique consécutive à l’impossibilité de fait de tenir les élections et l’alternance à la tête du pays dans les délais constitutionnels.

Un chronogramme avec des dates ou échéances clés a été fixé dans cet accord pour l’organisation des opérations et la mise en place des institutions politiques intérimaires devant permettre au peuple d’élire simultanément un nouveau Président de la République, les Députés nationaux, les Députés provinciaux et éventuellement les élus locaux.

Sans être signataire ou adhérent à cet Accord, et dans le but de réitérer encore une fois son invitation à tous les Congolais en âge d’exercer leurs droits civiques et politiques à tenir soigneusement et objectivement à l’œil les institutions publiques et leurs animateurs appelés à matérialiser les dispositions dudit Accord, l’asbl Héritiers de la Justice se fait le devoir de lister dans le tableau ci-dessous quelques-unes de ces dates phares.

Aussi, demande-t-elle à chaque citoyenne et chaque citoyen à inscrire ces dates dans son agenda et de le consulter régulièrement afin d’évaluer progressivement la mise en œuvre de ce texte et son respect par les signataires et les institutions nationales qu’ils ont engagées ainsi que par les institutions internationales, les organismes politiques et sociaux auxquels ils ont adressé certaines recommandations.

Dates/Echéances

Opérations/activités

Institutions responsables

18 octobre 2016

Fin du dialogue, signature de l’Accord

Facilitateur et parties prenantes

20 jours après la signature de l’Accord (06 ou 07 novembre 2016)

Préparation par la CENI d’un budget détaillé de l’ensemble du processus électoral et sa soumission au Gouvernement

CENI

21 jours après la signature de l’Accord (07 ou 08 novembre 2016)

Formation d’un Gouvernement d’union nationale avec un Premier Ministre issu de l’opposition signataire de l’Accord

Président de la République et Opposition politique partie prenante à l’accord

1 mois après la signature de l’Accord (18 novembre 2016)

Séance de travail inaugurale, adoption du règlement intérieur et du programme de travail du Comité de suivi de mise en œuvre des recommandations du Dialogue ‘CSD’

Majorité présidentielle, opposition politique et société civile

31 juillet 2017

Constitution du nouveau fichier électoral

CENI

30 octobre 2017

Convocation des scrutins à partir de la promulgation de la loi sur la répartition des sièges

Gouvernement (préparation de la loi avec l’expertise de la CENI), Parlement (adoption de la loi) Président de la République (promulgation) et CENI (convocation de l’électorat),

6 mois après la convocation des scrutins

Tenue des élections présidentielle, législatives nationales (Députés) et provinciales (Députés)

CENI

A la même date ou six mois après, ou au plus tard 12 mois après

Elections locales

CENI (organisation des élections) et gouvernement (financement)

Fait à Bukavu, le 24/10/2016

 

Héritiers de la Justice, asbl 

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
  • Togo : l'opposition dans la rue pour obtenir la démission du président
    Deux semaines après le succès historique des dernières manifestations, l'opposition togolaise était à nouveau dans les rues du pays mercredi pour réclamer la démission du président Faure Gnassingbé, héritier d'une famille au pouvoir depuis 50 ans.
  • Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"
    À l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur les violences qui embrasent son pays et sur l'incapacité de son gouvernement à y mettre fin, alors que le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires a alerté la communauté internationale sur un risque possible de "génocide" en Centrafrique.

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.