Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira

PDFImprimerEnvoyer


Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maisons et 3 motos incendiées, des biens de ménages perdus, … à la suite des affrontements qui ont opposé les FARDC aux combattants Maï-maï de la faction Mwenyemali et Mazimano dans le village de Nyamutiri, groupement de Lemera, chefferie des Bafuliru en territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu.

 

Les populations environnantes ont dû fuir vers les localités périphériques. La circulation sur l’axe routier reliant la localité de Bwegera sur la Nationale n°5 et Lemera où se trouve un grand de grands hôpitaux du territoire et le chef-lieu de la chefferie des Bafuliru a été interrompue jusqu’au petit matin de mercredi. Il sied de noter que le mardi est le jour de marché de Kiringye, non loin de Nyamutiri.

 

Selon des informations recueillies auprès des témoins, tout est parti de l’arrestation de monsieur Lukwale Ruboneza par les FARDC. Celles-ci l’ont suspecté d’être un combattant Maï-maï et l’ont jeté dans leur amigo. Informés, d’autres éléments Maï-maï ont accouru vers 14h00 pour faire une intervention allant dans le sens de la remise en liberté de leur collègue. Mais les FARDC ne l’ont pas entendu de cette oreille. Non seulement, elles ont campé sur leur position mais encore elles ont envisagé le transfèrement de la personne arrêtée au Régiment de Luvungi, ce qui n’a pas plu à leurs interlocuteurs. Pour les en dissuader, les Maï-maï qui plaidaient la cause de leur camarade auraient proposé le paiement d’une somme d’argent estimée à 50.000 FC comme frais de relaxation, mais en vain.

 

Face à ce refus catégorique, les éléments Mai-maï sont alors repartis et quelques instants après, ils ont surgi sur les lieux, déjà renforcés en nombre et tous armés jusqu’aux dents. Des affrontements armés ont alors débuté entre les deux camps. Le bilan est déjà connu : monsieur Lukwale dont l’arrestation a déclenché les hostilités a été tué. Dans leur furie, les FARDC se seraient rabattues sur la population civile : elles auraient alors incendié 3 maisons et 3 motos trouvées sur leur passage.

 

Au vu de ces atrocités, vers 16h00, la population locale et environnante ont a pris fuite vers les localités voisines de Kiringye, Bwegera, Luvungi, Rubanga, Kibungu et Businga.

 

Selon nos sources, la situation qui prévaut à Nyamutiri demeure préoccupante. D’autres troupes des FARDC en provenance de Luvungi sont venues rétablir l’ordre à Nyamutiri mais ce calme ne tient qu’à un fil, en attendant les représailles de la part des Maï-maï.

 

Bukavu, le 08 mars 2017

Héritiers de la Justice

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
  • Grace Mubage, la trop ambitieuse Première dame du Zimbabwe
    Sa soif de pouvoir a très certainement accéléré la chute de son mari, le président zimbabwéen Robert Mugabe. Portrait de Grace Mugabe, une Première dame sulfureuse et colérique, honnie dans un pays qu’elle rêvait pourtant de diriger.
  • Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti
    Au menu ce soir : Au Zimbabwe, la menace d'une destitution se précise pour Robert Mugabe. Une motion devrait être déposée mardi. Après la diffusion de ces images effroyables d'un marché aux esclaves en Libye, le Burkina Faso et le Mali ont rappelé leur ambassadeur en Libye. Enfin, la Tunisie a enterré son plus plus célèbre couturier. Azzedine Alaïa a été inhumé lundi au cimétière de Sidi Bou Saïd.

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.