Droits de la femme

PDFImprimerEnvoyer

sildenafil helvetica, capsule sans-serif">Héritiers de la justice visite les femmes en détention, sale leur apporte les cas échéant  des soins de santé, un appui psychologique et un appui judiciaire. Héritiers de la justice met aussi un accent particulier sur leurs enfants en détention, surtout les bébés.

 

Les conditions de détention des femmes  et des enfants dans les milieux carcéraux à Bukavu  restent préoccupantes pour les activistes de droits humains et pour toutes personnes éprises de compassions pour ces catégories. Les femmes sont détenues avec leurs enfants, qu’elles ont parfois accouchées en prison ; elles restent dans les mêmes cellules que les hommes avec toutes les conséquences possibles que cette situation peut engendrer sur le plan de relation et sur le plan social. Presque tous les milieux carcéraux de la ville de Bukavu et ses environs n’ont pas prévus de cellules distinctes pour femmes à l’exception de la prison centrale de Bukavu. 

 

Cette situation les expose de fois aux viols collectifs perpétrés par leurs collègues prisonniers, et même par les policiers assurant leur garde. 

Un bon nombre de dossiers de détenues reste sans un suivi régulier, au moment ou certains motifs de détention sont simples, par exemple vol d’une poule, mésentente entre  voisins….les femmes détenues dorment à même le sol, ce qui expose leurs bébés aux maladies telles que la grippe, le broncho-pneumonie, la toux….. 

 

Le système alimentaire est uniforme pour tous les prisonniers s’ils ont la chance d’en bénéficier, ils mangent une fois le jour les haricots au foufou que les bienfaiteurs leur octroient. Les femmes chrétiennes de la place s’organisent pour les visiter une fois la semaine. Certaines détenues qui viennent de loin se sentent toujours consolées par ces visites qui constituent pour elles les rares occasions  de goûter un repas bien préparé. 

D’un état morbide, la détenue Mapendo M’Mituga enceinte et dont la grossesse était à terme n’a trouvé la grâce de mettre au monde à l’hôpital qu’à la dernière heure malgré les diverses démarches préalablement entreprise  à temps par notre association auprès du responsable de la prison pour sa liberté provisoire.

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.