Le 19 septembre 2016 : journée des urnes décrétée par la société civile

PDFImprimerEnvoyer

Jeudi, 22 Septembre 2016 19:59

thumb helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">7 isoloirs, 9 urnes et un stylo remis symboliquement à la CENI/Sud-Kivu pour réclamer de la tenue des élections dans les délais constitutionnels

 

A l’appel du Consortium de la société civile pour la mise en œuvre de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU (Consortium R2277), les habitants de la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, ont répondu positivement ce lundi 19 septembre 2016 et ont participé massivement à une procession visant à réclamer à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et au gouvernement congolais la tenue de l’élection présidentielle pour permettre une alternance pacifique au sommet de l’Etat dans les délais fixés par la Constitution. La foule nombreuse est venue de trois communes de la ville de Bukavu et de diverses couches sociales et politiques. Le Consortium R2277 dont l’asbl Héritiers de la Justice est à la fois membre fondateur et membre du comité national de pilotage a décrété la date du 19 septembre 2016 « Journée des urnes » parce qu’elle correspond au délai par la constitution de la RD Congo pour que la CENI convoque l’électorat au scrutin présidentiel. Les manifestants pacifiques étaient porteurs d’un mémorandum, d’un lot symbolique des kits électoraux constitués de sept isoloirs et neuf urnes qu’ils ont remis à la CENI, bureau de représentation provinciale du Sud-Kivu. Certains manifestaient sifflaient frénétiquement tout au long de la marche pour signifier à la CENI et aux autorités politiques que l’heure est arrivée pour organiser les élections.

 

Lire la suite...

 

Communiqué de presse de Héritiers de la Justice relatif à la rentrée scolaire 2016-2017 sur fond d’une controverse entretenue par l’Etat congolais autour de la prime

PDFImprimerEnvoyer

Mardi, 06 Septembre 2016 16:52

 

illness helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">La rentrée scolaire 2016-2017 vient d’avoir lieu ce lundi 5 septembre 2016 dans les écoles tant privées que publiques conventionnées et ”officielles“ sur fond d’une controverse entretenue par l’Etat congolais autour de la suppression pure et simple ou la poursuite mitigée du système de paiement de la prime dans les écoles bien que cette pratique s’inscrive en faux contre l’article 43 de la Constitution de la RD Congo. En son alinéa 5, cet article stipule que « l’enseignement primaire est obligatoire et gratuit dans les établissements publics ». Bien des acteurs concernés par cette question ont essayé de discuter de celle-ci mais le compromis tant attendu est demeuré comme un leurre avant la date de la rentrée scolaire 2016-2017.

 

En effet, avant la rentrée scolaire proprement dite, des réunions ont été organisées çà et là par les acteurs de la société civile, les associations des parents des élèves congolais ainsi que par les syndicats des enseignants autour de cette question brûlante. Mais les violons ne se sont pas jusque-là accordés à cause d’une certaine immixtion des pouvoirs publics et certains gestionnaires des écoles conventionnées qui instrumentalisent les corporations des parents et des enseignants.

 

Au lieu de prendre ses responsabilités comme il se doit, l’Etat congolais s’évertue à créer la confusion entre les parents et les enseignants par le fait qu’il ne se prononce pas clairement sur la question de la suppression ou du maintien de la prime. Cette attitude ambiguë qu’affichent chaque année les autorités scolaires aux niveaux national et provincial risque de créer ou d’agrandir le fossé entre deux des partenaires éducatifs importants que sont les enseignants et les parents. Au finish, le climat de méfiance réciproque caractéristique de la classe politique ces derniers temps pourrait contaminer l’enseignement au préjudice de la qualité de l’éducation des enfants, avenir des familles et du pays.

 

Face à cette situation, l’asbl Héritiers de la Justice recommande à :

  1. Lire la suite...

 
 

Page 3 sur 8

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.