La LDGL dans la ligne de mire du gouvernement rwandais

PDFImprimerEnvoyer

Mardi, 31 Mai 2016 16:46

search helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">

Mr Epimack Kwokwo, défenseur des droits humains et cadre congolais de la LDGL, expulsé du territoire rwandais

Le samedi 28/05/2016, Monsieur Epimack Kwokwo, Secrétaire exécutif de la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL) basée à Kigali au Rwanda, a été déclaré personna non grata par le service d’Immigration dudit pays. L’annonce de son expulsion a eu lieu au bureau précité et directement, il a été obligé de prendre place à bord d’une camionnette de l’Immigration, direction frontière rwando-congolaise de Ruzizi 1er qui sépare les villes de Cyangugu au Rwanda et Bukavu en RD Congo. La victime a tout fait pour demander à ses interlocuteurs de lui permettre de rentrer à son domicile pour retirer ses effets mais en vain. Le service rwandais de l’Immigration reproche à ce cadre de la LDGL le fait de ne pas avoir des documents de séjour valides, à savoir son permis de travail pour un séjour régulier sur le sol rwandais.

 

Juste à l’annonce de cette mauvaise nouvelle, le service de l’Immigration rwandaise a obligé monsieur Epimack d’éteindre ses téléphones portables afin de ne pas communiquer avec ses proches et collaborateurs ainsi que sa famille. Pour rappel, son passeport lui avait été confisqué par l’immigration depuis octobre 2015 et ce n’est que ce samedi 28 mai qu’il lui a été remis au moment de traverser la frontière vers le Congo. On lui a fait lire le document ordonnant son expulsion du territoire rwandais, mais aucune copie ne lui a été remise.

 

Lire la suite...

 

UPLC, UNE NOUVELLE REBELLION A L'EST DE LA RDC :

PDFImprimerEnvoyer

Mardi, 31 Mai 2016 16:03

Source: Bulletin d'Information et de Recherche-CEPADHO, du 22 Mai 2016:

Depuis peu, des informations circulent et se confirment de plus à plus au tour de la naissance d'une nouvelle rébellion au nom de l'Union des Patriotes pour la Libération du Congo, UPLC en sigle.

La dite rébellion regroupant plusieurs milices des Provinces du Nord-Kivu et de l'ITURI aurait actuellement d'importants bastions dans 4 Chefferies à savoir: BABILA-BABOMBI, BANDAKA-BOMBO, BANDAKA-BAFAKOA (en Territoire de MAMBASA) et WALESE-VUKUTU (en Territoire d'IRUMU) dans la Province de l'ITURI.

Des enquêtes menées par le CEPADHO, les combattants de ce mouvement politico-militaire sont déjà présents dans les Groupements BANGOLE et BAKAHEKU en Chefferie des BABILA-BABOMBI ainsi que ENJEWA (Chefferie des BANDAKA-BOMBO), BANDUMISA (en Chefferie des BANDAKA-BAFAKOA) et BASIRI (en Chefferie des WALESE-VUKUTU).

Quant à la structuration de cette rébellion, des informations recueillies par le CEPADHO renseignent que du côté militaire, le Chef de la milice May-May/SIMBA Mr MANGALIBI (Frère de feu Paul SADALA alias MORGAN) est le Commandant.  Son assistant MANU (pygmée) tient la commande d'un bataillon sur les 3 qui composent le mouvement. Ils sont tous originaires du Territoire de MAMBASA en ITURI.

Lire la suite...

 
 

Page 5 sur 8

Afrique

Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
Actualité, news en AFRIQUE, toutes les actualités africaines en direct, Maghreb, Sahel, AFRIQUE centrale, AFRIQUE de l'ouest,débats, reportages
Afrique – France 24 - L’Actualité Internationale 24h/24
  • Grace Mubage, la trop ambitieuse Première dame du Zimbabwe
    Sa soif de pouvoir a très certainement accéléré la chute de son mari, le président zimbabwéen Robert Mugabe. Portrait de Grace Mugabe, une Première dame sulfureuse et colérique, honnie dans un pays qu’elle rêvait pourtant de diriger.
  • Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti
    Au menu ce soir : Au Zimbabwe, la menace d'une destitution se précise pour Robert Mugabe. Une motion devrait être déposée mardi. Après la diffusion de ces images effroyables d'un marché aux esclaves en Libye, le Burkina Faso et le Mali ont rappelé leur ambassadeur en Libye. Enfin, la Tunisie a enterré son plus plus célèbre couturier. Azzedine Alaïa a été inhumé lundi au cimétière de Sidi Bou Saïd.

Nouvelles

Mort d’homme et incendie des maisons et motos à Nyamutiri dans le territoire d’Uvira 30.11.99 - Durant la journée du mardi 07 mars 2017, à partir de 14h00, l’on a enregistré 1 mort, 3 maiso...
Journée Internationale de la Femme (JIF) 2017 30.11.99 - Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 Le...
Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion Les étudiants de l’ISP Bukavu protestent pacifiquement contre la majoration des frais académiques décidée par le Comité de gestion 30.11.99 - Dans la matinée de ce vendredi 2 décembre 2016, les étudiants de l’Institut Supérieur Pédag...
La responsable de l’Hôtel Witness séquestré par les agents du parquet général de Bukavu de 05h50 à 12h30 à son domicile 06.12.16 - Ce mardi 15 novembre 2016, Madame Elysée Mudimbi Owanga, responsable de l’Hôtel Witness, a ét...
L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu 30.11.99 - L’insécurité reste récursive au Sud-Kivu Des morts et des blessés par des coupeurs de route ...

Héritiers de la Justice (HJ) est une organisation spécialisée dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs.
Créée en 1991, Héritiers de la Justice figure parmi les toutes premières organisations des droits de la personne, nées juste après la libéralisation des activités politiques et le début du processus de démocratisation au Congo (Zaïre a l’époque) et dans la Région des Grands Lacs en général.
Héritiers de la Justice a été fondée par trois personnalités de la Région, soucieuses du niveau de répression des populations civiles sous le régime dictatorial de Mobutu ainsi que le degré d’ignorance dans laquelle croupissaient les masses paysannes, voire les populations en milieux urbains.
Apres une étude menée sur le terrain dans quelques 30 villages du Kivu, Héritiers de la Justice était convaincu que c’est a cause du fait que la population était quasi totalement ignorante de ses droits et devoirs qu’elle était victimisee.
Actuellement Héritiers de la Justice travaille avec plus de 60 organisation à la base dans les villages et villes du Kivu en particulier et dans la région des Grands Lacs en général. Ses activités sont tissées au tour de 4 domaines principaux à savoir:

  • Formation et capacitation des leaders locaux;
  • Dissémination de l'information visant à éduquer la masse sur les questions des droits de l'homme;
  • Coéxistence et acceptation mutuelle entre les communautés, la promotion de la paix à travers la facilitation d'un dialogue intercommunautaire et
  • Enseignement des droits humains et la paix dans les écoles primaires et sécondaires ainsi que le travail de lobbying et advocacy aux niveaux local, régional et international.